Sélectionner une page

21 décembre 1941 : le téléphérique de Serre Chevalier, alors le plus long d’Europe, est inauguré en grande pompe, ouvrant l’accès aux premières pistes de la station. 80 ans plus tard, Serre Chevalier est devenu un domaine skiable de renommée internationale et l’un des plus grands de France. Cet hiver, Serre Chevalier la pionnière fêtera cet anniversaire exceptionnel avec de nombreuses célébrations retraçant l’histoire de la station, entre tradition et innovation.

Le briançonnais, au coeur de l’histoire du ski français

Rappelons que la section des Hautes-Alpes du Club Alpin Français (CAF) est créée en 1874. L’histoire du ski français s’écrit alors dans le Briançonnais, avec la création de l’École Normale du Ski à Briançon en 1904, dirigée par le Capitaine Rivas de la 7ème Compagnie du 159 RIA, qui forme les soldats à la pratique.

Il va plus loin, et décide de créer une fabrique de skis. Il met au point une forme à ski économique, dite « la Briançonnaise » fabriquée avec les bois locaux : une bille de mélèze brute de 20cm de diamètre pour 2m30 de longueur, creusée en reproduisant les courbures du ski, et dans laquelle on cale une planche de frêne, de hêtre, pin cembro ou mélèze, taillées puis séchées dans un four de boulanger, retaillés, polis puis vernis.

En 1906, le Capitaine Rivas annonce avec clairvoyance : « Le centre de ski que vous aiderez à créer autour de Briançon s’étendra vers les vallées voisines. Les Alpes seront bientôt conquises, le succès est certain ».

Serre Chevalier l’audacieuse !

Entourée de sommets culminant à plus de 3000 mètres d’altitude, la vallée de Serre Chevalier s’étend de Briançon au sommet du Col du Galibier. L’enneigement y est abondant l’hiver, tout comme l’ensoleillement, propre aux Alpes du Sud. Avec l’essor du ski dans le Briançonnais, la volonté de développer le ski dans la vallée de la Guisane a éclos dès 1935, sous l’impulsion des représentants du CAF, André Georges notamment, le massif de Serre Chevalier et ses potentialités se prêtant parfaitement à la pratique de ce nouveau sport. André Georges explique « qu’il n’existe pas dans les Hautes-Alpes un sommet qui permette un tel rayonnement d’itinéraires skieurs que le sommet de Serre Chevalier. En outre, chose point négligeable, le paysage est admirable et l’on découvre au sommet de Serre Chevalier un des plus beaux panoramas des Alpes françaises ».

La possibilité d’y construire une remontée mécanique est alors étudiée, et pas n’importe laquelle : il s’agit du plus long téléphérique d’Europe à l’époque. Le courage et l’audace des passionnés de cette nouvelle pratique conduiront Maurice Petsche, alors député des Hautes-Alpes et Secrétaire d’État aux finances, à transmettre le rapport d’André Georges au Commissariat Général au tourisme.

Alors que la guerre se profile, la volonté farouche de développer le ski depuis le sommet de Serre Chevalier ne sera pas ébranlée. En 1938, les travaux du téléphérique débutent sur la commune de Saint Chaffrey – Chantemerle, la vallée étant encore en zone libre.

Deux tronçons sont prévus pour 4km de montée: téléphérique de Chantemerle (1350m) à Serre Ratier (1900m), puis de Serre Ratier à Serre Chevalier (2480m), constituant ainsi la plus longue ligne de téléphérique d’Europe à l’époque. 8 pistes sont alors aménagées et balisées pour la descente à ski, pour les débutants comme les skieurs confirmés.

Le téléphérique sera inauguré le 21 décembre 1941. Le retentissement dans la presse régionale et parisienne ne se fait pas attendre, assurant une belle visibilité pour la vallée. Le téléphérique offre « les Pistes modernes du Ski… moderne » !

Pendant toute cette période, le Briançonnais ne cesse de développer son image sportive, avec une succession de concours de ski, luge, raquettes, bobsleigh, patin à glace, hockey sur glace et saut. Serre Chevalier accueille lesChampionnats de France de ski en 1942, 1943 et 1944.

Du premier téléphérique au « Grand Serre Che »

Après-guerre, le domaine skiable va se développer avec la construction de remontées sur les communes de La Salle les Alpes et du Monêtier les Bains dès 1948. En 1957, la télécabine multicolore de Villeneuve (Aravet) est inaugurée, initiant le développement rapide du secteur Villeneuve avec plusieurs téléskis et de nouvelles pistes.

L’enneigement de qualité et l’ensoleillement exceptionnel sont au coeur de la communication : « Serre Chevalier, La Riviera de la Neige – Le Soleil du Midi sur la Neige des Alpes – Un ciel toujours bleu, de la poudreuse et du soleil provençal – Du vrai soleil sur de la vraie neige ». En 1981, Serre Chevalier devient la station du « ski décontracté ».

En 1984, la jonction avec la commune du Monêtier les Bains donnera naissance au « Grand Serre Che » avec 200km de pistes, avant que Briançon ne rejoigne le domaine en 1989 avec le secteur du Prorel, qui offre une vue imprenable sur les fortifications de Vauban classées au Patrimoine Mondial de l’Unesco, et sur la Cité Vauban en contrebas. La télécabine du Prorel, au départ du centre-ville de Briançon, permet « Le Ski et la Ville ».

En 1987, la station communique sur « Serre Chevalier la douce, Serre Che la dingue ! ».

Serre Chevalier accueille la Coupe du Monde de Ski Dames en 1991, 1996 et 1999.

Luc Alphand porte au plus haut les couleurs de Serre Chevalier en remportant la Coupe du Monde de Descente en 1995 et 1996. A la fin des années 90, la station surfe sur l’image du champion et vante toujours « la plus belle neige sous le soleil ! ».

En 2004, la Compagnie des Alpes devient l’opérateur de l’ensemble du domaine skiable de Serre Chevalier, marquant de nouveaux investissements dans le développement du domaine. Les liaisons entre les différents secteurs sont modernisées année après année, permettant aux skieurs de facilement skier du Prorel à Monêtier aller-retour dans la journée, sans perdre de temps sur les remontées ni déchausser les skis !

Le domaine skiable de Serre Chevalier Vallée comptabilise aujourd’hui 250km de pistes de 1300 à 2800 mètres d’altitude, en faisant un domaine skiable de renommée internationale et l’un des plus grands de France avec plus d’un million de journées skieurs par hiver. 80% des pistes sont situées à plus de 2000m d’altitude assurant un enneigement optimal, et l’ensoleillement y est toujours particulièrement généreux !

Il continue à innover, notamment dans les énergies renouvelables, en étant le premier domaine à produire sa propre électricité.

C’est donc avec une grande fierté que les habitants, socio-professionnels et institutions de la vallée fêteront dès le début d’hiver 2021-2022 les 80 ans de Serre Chevalier.

De très nombreuses festivités, évènements et animations sont en préparation sur chaque commune de la vallée, et célèbreront les 80 ans du téléphérique historique qui a créé Serre Chevalier, station et vallée pionnière.

Rate this post